• 27.05.2008 : Colin Campbell s’exprime

    (Texte tiré de Biosphere-hebdo n° 22.2008 - spécial " épuisement des ressources ")

    Colin Campbell ne mâche pas ses mots dans LaRevueDurable (février-mars-avril 2008), l’ère de la facilité se termine : "  Le pic du pétrole conventionnel, c’est-à-dire du pétrole facile à extraire, a eu lieu en 2005. Celui de l’ensemble du pétrole - huiles lourdes, offshore profond, pétrole polaire, etc. – aura lieu en 2010. Mais la date exacte relève du détail, c’est la vision du déclin à long terme qui compte avant tout : il va falloir vivre dans un monde qui se contracte. Avec la déplétion du pétrole, la croissance n’est plus possible. En interne, les entreprises pétrolières savent désormais ce qui se passe. Mais ce qu’elles diffusent à la Bourse est complètement différent. Jadis, nombreux étaient ceux qui en dépit des informations disponibles, refusaient d’accepter que la Terre est ronde. De la même manière, la nouvelle de la déplétion de la production de pétrole n’arrange pas beaucoup de gens en position de pouvoir, qui préfèrent l’option qui consiste à nier cette réalité.

    Homo petroleum disparaîtra progressivement au cours du XXIe siècle. Homo sapiens ne lui survivra que s’il fait preuve d’assez de sagesse. La solution réside dans la régionalisation, la localisation de l’économie et une vie différente, moins consommatrice d’énergie. Le protocole de la déplétion du pétrole (

    http:/oildepletionprotocol.org) dit que chaque pays devrait accepter de diminuer sa consommation de pétrole de 2 à 3 % par an et se débrouille pour gérer cette réduction, choisir quel type de rationnement mettre en place. Ce que fournit aujourd’hui au monde l’énergie du pétrole, c’est l’équivalent de 22 milliards d’esclaves travaillant nuit et jour. La société vit grâce au pétrole depuis plus d’un siècle et doit maintenant réaliser qu’elle devra se débrouiller sans énergie alternative aussi pratique à utiliser et facile à extraire. Bien sûr, on peut toujours remonter à cheval. [rires] "

    NB : Colin Campbell, retraité des grandes compagnies pétrolières en 1989 et excellent géologue, est le fondateur de l’Aspo (association pour l’étude du pic pétrolier).


    votre commentaire
  • Forio

    votre commentaire
  • On s'y réfugiait, pour les mêmes raisons qu'en Corse.

    votre commentaire
  • Village bien nommé. L'accueil y est excellent.

    votre commentaire