• Moi, j'ai lu "Guichon et Nouille" et j'ai plus de six fois l'âge de l'auteur du bouquin. Eh, bien ça m'a scotché, collé au mur de mon enfance, rétréci dans mes bottes et rempli de bonheur. Finalement, un crayon, quelques feuilles de papier, sans doute un scanner pour numériser tout ça, et on peut faire oeuvre de vérité quand on a sept ans. Merci Maé pour ce joli travail. Et un très gros bisou. Titou

    votre commentaire
  •  La question se pose. S'entrepose. S'étire et se repose. Mais où est Salvador ? Vous savez, cet homme providentiel (pro vie d'en ciel ?); celui là même que les céfrans voulaient mettre (les cochons !) à la têt' de l'Etat y'a deux ans (y z'avaient rien trouvé de mieux que qui vous savez ... alors). Oui, Salvador ! Que l'on ador', tellement qu'il est fort' et qu'tes soucis y te les tords'. Salvador, Salvador … Salvador de vos amours ! Ou alors, c'était Mexicorps ? Je sais plus … Brèverie. Je reviens à mes poteries : Salvador es tu là ? Un coup pour oui, deux coups pour oui ! Et si tu réponds pas, c'est que t'es un pourrav'de ta mer' la hyène comme qui tu sais (pourtant bel et bien démocratiquement élu Chef de Tous). Brèverie encore. J'offre trois sous d'or à qui nous livrera Salvador, sourd ou mort ! Et puis merde … Pas de Salvador, pas de dodort, pas de roquefort, et peut être une occasion en or de réfléchir pour de bon à nos façons de faire et défaire la chose politique. Bande de doryphore' !

    Dédou … encor'


    votre commentaire
  • Dis, tu la sens ma taxcarbon' ? Non, pas toi ! Toi, le grozindustriel il était pas prévu que je te la mettes. D'ailleurs le con-con le conseil con-constitutionnel y l'avait même embêté la bande à déruguler au motif qu'elle régulait le carbon' pour certains et pas pour d'autres (ceux là même qu'y faut laisser travailler tranquilles c'est à dire dans un monde tout dérégulé ...). Donc ceux-là y z'auraient pas eu droit. Alors, pour revenir aux zautres, y la sentiront pas non plus. Comme ça, on fait plaisir à tout le monde et même au con-conseil constitutionnel puisque là c'est EGALITAIRE dans le traitement. Du genre, tu la sentiras pas ma taxe et tous nous z'auront le carbon' ! C'est voilà comme ça m'sieur dame l'carbon' tu t'y abonnes et si t'es pas conne tu t'en remplis des bonbonnes, tu mélanges avec l'ozone, tu transformes en lotion' et tu t'fais plein de pognon' : comme ça tu te tires de la zon' (genre sur une île cochonne), sous l'palmier tu t'piques un somme et au réveil tu consommes. Dépêches toi quand même d'avaler tout ce que tu trouves, parce qu'à la longue, changement climatique and Co pourrait te retrouver, même aux zantipodes et te priver du droit d'exister pour de bon'. Du coup, putain, elle te manque ta taxcarbon', tu pleures sur l'épaule de Simone, mais y des chances que là non plus ça dure pas, que Simone remballe ses nichons et se cherche un abri de protection'. Franchement, cette histoire là qu'elle est conne. Le problème, c'est qu'elle rappelle un peu celle que nous vivons'. Et vive nous : bande de ons !

    Dédons


    votre commentaire
  • Et bravo les Bretons. Merci les Charentais. Bisous aux Toulousains ... Gardez le cap et la bonne main. Conservez le sourire et envoyez se faire foutre les vils sans lendemains, les naseaux transis, les pinceaux communicants, les filous fillioniens, les méchants sarkoziens et les marcheurs zopas. Bibiche me disait tout à l'heure "j'aime bien ce philosophe Grec qui dit que les zhumains n'ont pas de racines mais seulement des pieds". Et moi j'aime bien Bibiche ... Et puis, j'aime bien mes pieds, parce qu'ils m'aident à me déplacer et à aller voir ailleurs ce qui s'y passe. J'irai donc prochainement embrasser Toulouse et puis la Bretagne, en passant par les Charentes. Et j'embrasserai sur mon chemin tous les gens souriants (je me serai rasé un peu auparavant et brossé les dents jaunes). En clair, je dirai à tous mon petit bonheur de voir cette nation composite s'offrir de temps en temps un sursaut d'orgueil qui rappelle les valeurs de sa lointaine Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Parce que ce dernier (le citoyen) y'a des coins où on se demande s'il existe encore. Foutus Marseillais, pour tout dire, qui votent par exemple  pour le FN dans des proportions qui excèdent même le taux de descendants de Gaulois qu'on peut rencontrer ici (à supposer que la gauloisitude expliquerait d'une quelconque façon la bêtitute bestialisante de l'adhésion aux thèses de ce parti). Bref, résistez pour nous ... et mettez une grosse dose de bromure dans l'eau de la Durance (qui alimente Marseille en eau potable) de façon à éviter que nous nous reproduisions trop vite (et notre connerie avec)...

    Dédou


    votre commentaire
  • C'est un moment improbable. Le Temps est à l'arrêt, accouché d'un mirage (je pique ce morceau d'idée dans un recueil de poésie). Tout est donc dans la promptitude du moment d'après voué à reproduire celui qui doit être encore là. Je m'explique : chacun a bien compris qu'il n'y a de solidarité qu'entre les démunis. L'essence de l'humanité est là : le geste généreux vient aisément quand on ne s'inquiète pas de perdre; alors évidemment, celui qui n'a rien à perdre n'a guère de handicap. Donc postulons que la richitude, admiratude béate des choses socialement valorisantes et autres soumission à l'idée d' "avoir plus - pour avoir plus" peuvent éloigner de l'essentiel (s'il s'agit de demeurer humain)... Ce qui nous fait revenir à nos moutons qui semblent prêts à repartir en rangs d'oignons sous la houlette du Capitalisme triomphant de sa Bourse bien remplie comme au beau temps des uniformes. Il y a quand même une morale à ce contexte globalement absurde (si ce n'est pour la minorité qui engraisse) : la solidarité des peuples (en tant que contribuables zélés) est systématiquement mise à contribution solidaire chaque fois qu'un trou est creusé par une "prise d'intérêt". Rapts boursiers, dépôts de bilans "avantageux", restructuration pour cause de redistribution de gros dividendes, les occasions ne vont pas manquer d'être de plus en plus solidaires. Merci. Merci.

    Dédou


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires