• That's time. Faut s'détendre. Cesser d'entreprendre. S'étendre on the beach (on the bitche pour les plus aventureux). Sortir les tongues. Et bronzer. BRONZER à s'en griller les méninges et le libre arbitre. BRONZER comme un con, mais un con heureux qui comme tout bon con ne sait pas pourquoi (sauf lorsque son équipe de foote préférée a marqué le but dans le filet de la ménagère d'en face). Et puis BRONZER pour s'assurer l'amortissement ostentatoire de la seule vraie période de liberté de l'âge adulte du salarié moderne emprisonné dans ses crédits, le prêt à porter et le prêt à penser télévisuel. Bon, donc, BRONZER pour bien montrer que le vacançage a porté ses fruits (bien mûrs) et que la reposure a produit son effet bénéfique qui doit t'obliger pendant quelques jours au moins à ton retour à sourire comme un con (oui, mais heureux). Bref, plutôt que d'écrire toujours la même chose sur ce blog, je vais zaller me faire bronzer quelques semaines et reviendrai vers mes claviers disons vers la fin de l'été.

    Bachos

    Dédou Vacancum


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires