• Aux gares hémorragiques

    Aux gares hémorragiques

     

    Aux gares hémorragiques

    Qui déversent,

    De pulsations en pulsations,

    Le sang de mes jours ; A

    ux gares hémorragiques

    Qui trient dans l'urgence

    Les giclées

    De mes magmas intérieurs ;

    Je me superpose d'instants suspendus,

    Qui coagulent lentement aux commissures.

    M'éternise de ralentis saccadés,

    Qui cicatrisent encore les plaies jaunies.

    Aux plates-formes de mes hémiplégies alternatives,

    Je m'inonde de grandes marées,

    Et les poumons, spongieux de morilles,

    Absorbent l'écume des mes remous souterrains.

    Aux équinoxes de mes hémiplégies alternatives,

    J'esquisse, sur les estrans des pages vierges,

    De vagues ombres d'agonie.

    J'esquive alors quelques banderilles d'arc-en-ciel

    Avant qu'une illusion de torero de foire

    Ne se gave d'estocades.

    Aux gares et aux équinoxes…

     

    Patrick AVELINE

    Allauch, le 30 janvier 2003.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :