• Les mots pour le dire

    Les mots pour le dire

    Risée. C’est comme souvent un mot qui vient du latin. En l’occurrence de risus ; lequel nous a donné aussi rire, risible … Sauf qu’accoler rire et François rend possible que ce dernier soit sujet d’une action au demeurant fort agréable. Car se marrer fait travailler la bouche et les zygomatiques, témoigne en général d’une forme de bonne humeur et fait finalement assez plaisir à voir (sauf bien entendu quand c’est à ses dépens que l’on rit). Tandis que le voisinage de risée et de François ne fait jamais de lui que l’objet d’une attention dont il se serait bien passé, tant le discrédit qui accompagne le fait d’être la risée d’autrui vient surtout nous desservir. En guise d’illustration, si l’on parcourt la presse internationale, il ressort de façon assez unanime que le président actuel des Français est l’objet de risées récurrentes (en France aussi d’ailleurs). Et que, ce faisant, c’est la crédibilité du pays qu’il représente qui en pâtit. Serions nous un pays qui se veuille grand (par exemple défenseur inconditionnel des Droits de l’Homme) ou en recherche d’exemplarité, qu’il n’en faudrait pas plus pour anéantir tous nos efforts. Certes, ce n’est pas le cas, tant notre conversion au pragmatisme du commerce international (qui a succédé à celui du colonialisme d’exploitation) est ancienne. Mais quand même, pour assurer le moindre service après-vente encore faut-il être pris au sérieux par ses clients ! Nous nous réveillerons donc, putain d’Adèle, un beau matin fauchés, faute de clients ! Et ça, que non, NOUS NE DEVONS PAS L’ACCEPTER ! Poujade au secours* !

    Dédou di Capello

    * Je déconne Ginette, ne m’en veux pas !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :