• Patrick Aveline

    1 commentaire
  • Les rêves démesurés

    L'enveloppe cachetée /

    Aux coins de ses lèvres /

    N'attend que le clignement /

    De ses yeux d'eau tendre, /

    Pour adresser /

    Mille baisers /

    Aux courants d'air /

    De ses Amours. /

    Le souffle de cet /

    Eole de foire /

    Disperse, /

    Etourdit, /

    Distrait /

    Les miettes /

    De ses nostalgies. /

    Elle les rassemble, têtue. /

    Pour que les images /

    Puzzlent /

    Ces reflets presque parfaits /

    De visages aimés /

    Et de claires aquarelles. /

    Elle rêve alors /

    Encore /

    Des rêves démesurés. /

    Pour ne plus les perdre de vue. /

    Pour les poursuivre /

    Même au bout /

    Des couloirs trop sombres. /

    Et surtout au bout de la jetée /

    En direction des mers profondes. /

    Face à l'azur sans fin, /

    Ses yeux immenses clos /

    Et ses paumes ouvertes, /

    Elle laisse flotter /

    Les lianes noires et bouclées /

    De ses cheveux. /

    Elle rêve de nouveau /

    Ses rêves démesurés /

    Aux odeurs salées, /

    Aux embruns piquants. /

    Embruns qu'elle dissipe parfois /

    D'une langue qui gourmande /

    Sur ses lèvres /

    Les cristaux blancs. /

    Elle s'assoit enfin. /

    Au bout de la jetée. /

    Lasse des vents. /

    Elle n'a toujours pas ouvert ses yeux /

    Et sourit aux Amours futures.

    Patrick AVELINE -------------- Pour Chantal. Marignane, mars 2006


    votre commentaire
  • Les jours de fête ------------------------- Les jours de fête Et le dimanche Je suis noir de monde. Et déverse les flux inverses Aux orifices. Les jours de fête Je suis noir de tunnels borgnes. Abolis les écorchures. Et grandis les ombres, impuissant. Les nuits de fête Je suis plein comme un œuf. Coule dans ma baignoire L'huile des sommeils. Tempêtent les bouchons aux échos douloureux. Je circule alors aux confins des nords. Et grelotte à ces hoquets agacés. Les nuits de fête Je déboutonne les humeurs. Électrocute les nerveux aux poteaux de couleur. Évapore mes regards des ventres polyphages. Et transpire des automnes pour décembre. Le dimanche jour de fête, Autour de moi En grappes serrées J'agglutine les stupeurs. Observe les heures hémophiles. Éparpille les miettes des nappes chues. Et sommeille aux rires étrangers. Les jours de fête J'émigre vers les silences. Me vautre de divans. Et me disperse de nuages. Les longues nuits de fête J'échoue sans jouer. Mure les ronces. Égratigne le visage de cette femme De mon haleine obèse. Et défait en duels chimériques Les prétendants aux amours bandoulières. Et coule dans ma baignoire L'huile des sommeils. À ses robinets briqués S'étiolent de lents marécages. À ses robinets briqués Se soustraient de silencieuses cataractes. Coule dans ma baignoire L'huile des sommeils. L'huile des sommeils…

    Patrick AVELINE ------------------ Marignane/Allauch, novembre 2002.


    votre commentaire
  • La combe de l'yeuse

    Tout au fond d'une solitaire combe,

    Est-ce la combe de l'yeuse ?

    Aussi fleurie qu'une fraîche tombe,

    Se niche le mas du "Sans-souci".

    Ceintes de fins cyprès séculaires

    Aux cimes têtues

    Et aux missions tutélaires,

    Les vieilles pierres respirent encore

    D'un souffle ténu.

    Le lierre course sa ruine,

    Ventru, suant ses silencieux efforts,

    Disloquant les murs

    Qui n'abritent plus qu'un vieux sureau

    Aux juteuses baies noires.

    Les tuiles,

    Aux teintes définitivement fades

    N'en finissent plus de se tenir la main.

    Au creux de leurs blessures aiguës,

    D'attentives joubarbes élisent sagement domicile.

    De volubiles orpins tapissent les rigoles

    Et d'impatients lichens jaunâtres prêchent

    Des idées délicieusement subversives.

    Alentour, les faïsses aux géométries si peu rectilignes

    Nourrissent de grappes sang et or

    Les derniers destins insignes

    De quelque berger ou peintre encor.

    Tout au fond d'une solitaire combe,

    Enchâssée d'une garrigue sombre,

    Éclate au soleil d'automne

    Le mas du "Sans-souci".

    Patrick AVELINE ------------------ Pour mes parents - 40 ans de mariage.

    Vitrolles, octobre 2000.


    votre commentaire
  • Jardins éphémères ---------------------------------------- Dans l'épaisseur presque tangible De ces obscurités matinales, Les éclairs griffonnent d'étranges adresses Au dos des nuages. Dans ces nuits à l'agonie, se pressent À perdre haleine, Car elles n'ont plus l'âge, Des images pêle-mêle ; Des allégories constellées de pluriels ; Des métaphores belles et rares. Bousculade de mots singuliers, car L'art d'assembler ceux-ci n'a d'égal Que la pensée la plus fine d'un madrigal. La traduction de ces inflexions nocturnes, Arabesques si peu orientales Où transparaît, diaphane, chaque lune, Se couche quelquefois sur un papier glacé, Brûlant alors la plume de mes écritures enlacées.

    Patrick AVELINE ------------------ Aix-en-Provence, mai 1989.


    votre commentaire
  • En attendant… ------------------------------------ En attendant Godot et toute sa clique de clowns insomniaques et énamourés, Je t'ai préparé une tasse de café bien noir sans sucre, Pour surnager aux vagues imprécises et hémorragiques des mers intérieures. Bois-le avant qu'il ne refroidisse au passage d'un Transsibérien pressé d'en finir. En attendant, patient, la fonte des neiges d'un Kilimandjaro sidéral, J'irai voir ailleurs si j'y suis, Si tu y es, si nous y sommes, Toujours hiératiques, les yeux mi-clos, agités de quelque tressaillement magmatique. En attendant les grands chambardements de cette langue de Finistère, Et l'automne, et les feuilles qui volent imperceptiblement des sycomores acadiens, Va glaner quelques enveloppes timbrées au coin de tes yeux Et adresse les au Pape, à l'antipape, ou alors à qui tu aimes, Pour qu'ils sèment quelques graines de plus aux champs si difficiles de l'ubac de Lambruisse. En attendant ces moments qui cillent, vibrent en ut, Et s'éparpillent aux sons de froissements de papiers de bonbons, La porte du sud s'ouvre, Et suit la meute des chiens aux yeux jaunes. Ils s'apprêtent à une circumnavigation rythmée Des cacophonies suburbaines vissées à leurs tempes, Mais s'apaisent aux longues heures des clapotis imperceptibles. En attendant un silence spectral Aux tournures mélodramatiques, "taxidermié" par les plus grands spécialistes, J'inventerai des ersatz d'air d'opéra aux relents de swing fatigué, Pour qu'ex nihilo tu poursuives tes chimères en Laconie, Pour que tu ne pleures plus toutes les eaux atlantiques, Pour que tu saches t'asseoir, et pire dormir à l'ombre des derniers bananiers géants des îles brûlées. En attendant que l'eau de mes rêves éthérés ne passe plus sous le pont de tes soupirs asymétriques, En attendant l'inversion des saisons, à l'époque des grands syzygies, Je te promets de ne plus fumer en nuages opaques, Quand tu maquilles tes lèvres pour que toutes les buées se délectent de tes baisers sanglants, Alors je te promets de régler, à quelques printemps près, L'horloge de nos envies trop souvent mesurées au rythme des temps géologiques, Si Würm s'est enfin réchauffé aux néons glauques des parkings souterrains Amarrés en péninsules sous la ville vermifuge et "vertugadine" en bourrelets clonés sans fin. En attendant les nectars sirupeux de nos enfances aux cervelles sourdes, Et les lents pique-niques photographiés en noir et blanc les soirs de grande tempérance ou les matins Amènes Le long des canaux paisibles et parallèles, ombragés des ailantes au fines ramures, En attendant je "scaphandre" des instants d'éternel ennui à l'extrême limite des corniches, Et je t'offre les dernières secondes volatiles de répit, Avant d'inonder tes parfums sensibles, d'herméneutique bien absconse, D'iconostases comme autant de cloisons, et de contentieux si peu souvent alternatifs. En attendant les jours sans nuit, les musiques sinusoïdales Distillées en rondes au bout des grandes allées de platanes, Lorsque la lumière n'écarquille plus que le rai clair et fin d'un horizon levant, J'allumerai alors les falots des chalutiers à la marée montante, Pour que les halos ainsi formés "luciolent" les côtes rocheuses d'un Armor embruiné et vaporeux, Où ta ballade se perdra d'instants prolifiques et spongieux. En attendant de t'aimer…

    Patrick AVELINE ------------------ Vitrolles, avril 2001.


    votre commentaire
  • Couple (suite) ---------------------------------

    Ta harpe en bandoulière,

    Tu avais fredonné

    D'inspirées ballades

    Virgiliennes,

    Mais d'un auguste geste,

    J'ai obstrué de cire épaisse

    Mes cavités auriculaires.

    Une nuit amène,

    Tu avais swingué

    Des déhanchements sybarites

    À aguicher de chastes anachorètes,

    Ou au choix, à réveiller d'imminents lumbagos,

    Mais j'ai prétexté

    De violentes cécités passagères,

    Propices à l'endormissement des sages.

    Et puis tu t'es tue,

    Des heures telles des siècles,

    Créant l'ulcère duodénal

    De tes efforts pharaoniques,

    J'ai alors tiré profit

    De ces silences de cathédrale

    Pour capitaliser de capotes anglaises

    Les tiroirs de toutes mes secrétaires.

    Alors, discourtoise,

    Tu as lacéré d'ongles affûtés

    Mes lentes collections

    D'épigraphes célèbres

    Et de freesias laotiens,

    Éparpillant ainsi mes mots, mes odeurs,

    Aux coins de régions inaccessibles.

    Insensible,

    Tu as échevelé

    Trois bataillons de tirailleurs sénégalais,

    J'ai donc prié de clairs psaumes

    Puis, vidé, d'insensés galimatias.

    Encore plus offensante,

    Dans mon dos,

    Tu as appliqué de cataplasmes couleur moutarde sale,

    Mes espoirs les plus fous,

    Je les ai bandés soigneusement,

    Gémissant les excuses du grand escogriffe que je suis.

    Apaisé,

    J'ai encombré alors,

    De renoncules, jaunes surtout,

    Le balcon de ta poitrine

    Et la véranda de tes cils courbés.

    Apaisée,

    Tu as souri

    D'aphrodisiaques regards

    Et tu as évanoui mes mappemondes

    Pour de suaves grenadines…

    Ta harpe en bandoulière,

    Tu avais fredonné…

     

    Patrick AVELINE - Marignane, mars 2006


    votre commentaire
  • Couple

     

    J'avais psalmodié

    Des douceurs de dunes,

    Mais tu as ruisselé

    Des larmes en geysers.

    J'avais hasardé

    Des routes obliques,

    Oléagineuses à souhait,

    Mais tu t'es assise,

    Irriguée d'iules bouillonnants,

    Sur le trottoir d'en face.

    Et puis j'avais péroré

    Des strophes stupéfiantes,

    Enflammant d'affectueuses métropoles guatémaltèques,

    Mais tu as spéculé

    Sur une extinction de voix.

    J'avais percé

    D'obtus mystères tsiganes,

    Mais tu as séduis

    Notre séfarade voisin.

    Alors, discourtois,

    J'ai piétiné

    L'échiquier de tes passiflores

    Si savamment élaboré,

    Mais tu l'as replâtré

    De miettes crachées

    A mes yeux dépourvus.

    Vexé,

    J'ai inféodé injustement

    Des hordes de cavaliers mongols,

    Tu as nasillé alors D'inutiles suppliques.

    Toujours plus amer,

    J'ai éventré tes pasos-dobles,

    Tu les a pansés,

    Tes castagnettes aux majeurs.

    J'ai écorché ta blancheur ivoirine,

    Mais tu as souris

    D'invraisemblables pardons.

    Patiente,

    Tu as calmé

    Mes élans pinailleurs,

    De moules au vin blanc

    Ou de calamars sautés à l'ail.

    Patient,

    J'ai séché tes cicatrices

    De pinacothèques lumineuses

    Ou de concupiscences abdiquées. …

    J'avais psalmodié

    Des douceurs de dunes…

     

     Patrick AVELINE

    Marignane, mars 2006.


    1 commentaire
  • Baby

     

    Dans le frémissement profond

    Des feuilles

    Est né l'arbre de la vie.

    Il est chargé de nos milliers de rêves.

    Il est porté par la force de nos espoirs.

    Maintenant que tu es partie là-bas,

    Vers nos îles que je sais,

    Un sourire est collé sur mon visage.

    Dors, mon amour dors,

    Enveloppée dans les rêves du monde,

    Bercée par les vagues du sable,

    Et écoute encore les lambeaux du silence.

    Scintillante de vigueur à l'éveil,

    Tu lances comme un défi

    Aux âges de malchance et de doutes

    Et sereine tu attends dans son écrin,

    Le butin de nos vies.

    Bon anniversaire mon amour.

     

     

    Patrick AVELINE

    Marseille, mars 1996.


    votre commentaire
  • Aux limites des plaines mongoles

     

    Aux limites des plaines mongoles,

    Là où le soleil commence à nous échapper,

    S'exilant vers des Hokkaido d'échelles

    Ou des Kamtchatka de poulies.

    Aux limites des plaines mongoles

    Où l'herbe anorexique

    Orpheline des taïgas sombres et centenaires,

    S'incline vaincue à la caresse des sables de vent.

    Là où les mers intérieures

    Liquident leurs eaux

    Quelque nuit de pleine lune,

    Pour s'assécher de fissures cicatrices.

    Là où les déserts n'en finissent plus

    De planter leurs pierres de fond d'océan.

    Étranges bulbes que ceux-ci.

    Quelque jour serein ils germent, puis fleurissent. -

    Des narcisses semble t-il -

    Narcisses qui d'espace en espace

    Roulent d'une vague ondulation

    Vers des mers insondables et des aménités de jardin.

    Lentement les tempêtes se soulèvent,

    Emportent au cœur des poussières

    Ces millions de fleurs jaunes,

    Qui de virevoltes en virevoltes

    Exécutent les entrechats d'un ballet stellaire.

    Puis au calme des lendemains,

    Tapissent de leur univers monochrome et ictérique

    Jusqu'à la sépulture de quelque Gengis khan pacifique

    Jusqu'au tombeau de quelque Timour Lang d'opérette.

    Quelque jour,

    Aux limites des plaines mongoles

    Le silence sidéral

    Se hâle

    Du bonheur d'un monde fleuri.

     

    Patrick AVELINE

    Allauch/Marignane, février 2003.


    votre commentaire
  • Aux gares hémorragiques

     

    Aux gares hémorragiques

    Qui déversent,

    De pulsations en pulsations,

    Le sang de mes jours ; A

    ux gares hémorragiques

    Qui trient dans l'urgence

    Les giclées

    De mes magmas intérieurs ;

    Je me superpose d'instants suspendus,

    Qui coagulent lentement aux commissures.

    M'éternise de ralentis saccadés,

    Qui cicatrisent encore les plaies jaunies.

    Aux plates-formes de mes hémiplégies alternatives,

    Je m'inonde de grandes marées,

    Et les poumons, spongieux de morilles,

    Absorbent l'écume des mes remous souterrains.

    Aux équinoxes de mes hémiplégies alternatives,

    J'esquisse, sur les estrans des pages vierges,

    De vagues ombres d'agonie.

    J'esquive alors quelques banderilles d'arc-en-ciel

    Avant qu'une illusion de torero de foire

    Ne se gave d'estocades.

    Aux gares et aux équinoxes…

     

    Patrick AVELINE

    Allauch, le 30 janvier 2003.


    votre commentaire
  • Avec vue sur la mer

    Sous un ciel gris

    Un pin d'Alep

    Penche son fût, épris

    D'un autre pin d'Alep.

    Les deux troncs se croisent

    À quelques mètres du sol.

    Admirent la grande Turquoise,

    Se frôlent,

    S'éloignent, se toisent.

    Sous un ciel gris

    Les arbres ont du mal à s'enlacer.

    Ils s'effleurent l'écorce,

    Se content fleurette un instant,

    Finissent par se lasser.

    Les arbres

    Sous un ciel gris

    S'épanchent plus volontiers

    Des vents dominants.

    Agitent leurs bras de balais

    D'un vert éternel teinté.

    Et saluent

    Les marins qui au loin,

    Espèrent toujours.

    Les arbres

    Sous un ciel gris,

    Les pins d'Alep aussi,

    Se marbrent

    De veines ouvertes

    D'où s'écoulent

    Des sèves lentes.

    La peine qui habite

    Les arbres sous un ciel gris

    S'écrit aux limites

    Des mots.

    Et insondables,

    Toutes les flammes

    Déclarées et à déclarer

    Inondent les flaques

    Aux bruines démarrées.

    Quelquefois,

    Au souffle tonitruant

    De tous les vents

    De toutes les roses des vents,

    Un pin d'Alep

    Croise un pin d'Alep.

    Puis au retour déboussolé

    De tous les vents,

    Le pin d'Alep Croise à nouveau

    Le pin d'Alep :

    Et de sel et d'air

    Se tressent.

     

    Patrick AVELINE

    Marseille, février 1997.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique