• Neriendir’àperson’ ?!

    Nous sommes à l’ère du tout-se-dit. A ce moment de partage où rien d’intime ne peut plus demeurer cacher. Et où tout peut faire débat, pourvu qu’il fut creux et occupe les bœufs. Nous sommes finalement les zheureux gagnants d’une loterie médiatique permanente sus-ceptible (et autre chose) de nous tirer nous tous au mauvais sort qui nous permettra d’étaler nos zétats d’âmes comme autant de banalités attendues puisqu’il faut les zétaler et que pour faire vrai faut faire comme tout le monde et surtout comme chacun s’y attend. Alors, de ce jeu (je ! ! !) de reflet-miroir-urinoir pas si clair qui nous laisse pantois à le regarder et sans doute plus encore hébété après y être passé quel profit peut donc se faire ? Voui, parce qu’y pas de crime qui ne profite à personne ; c’est la loi du genre… Donc voilou : qui profite de nos conneries de bouffonnades télévisuelles, radiophoniques zou simplement au café du coin ? Coin-coin, mes canards, c’est l’Epicier pour sûr ! Celui qui nous vend tout-c’qu’il faut pour zêtre heureux et qui nous panélise, catégorise, scrute et marchandise. Celui-là qui à l’affût s’demande tout l’temps, mais za quoin bon les Bœufs y zauraient encore besoin et que pourrais-je donc encore leur inoculer comme manque qui m’évite à moi et mes zactionnaires trop de manques à gagner ? Alors moi je dis : si t’as pas le cœur de tout brûler, apprends au moins à la fermer …

    Dédou Panélum


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :