• Sam’suffit pas … mais alors pas du tout !

     Sam’suffit pas … mais alors pas du tout !

     

    Quand une pimpoulette chante, fut-elle reine d’un palais bananier tout en étant de gôche, beaucoup riche, beaucoup belle, et pas con dit-on, ça m’exaspère ! Et même de plus en plus. Certes, me direz-vous " mon bon Dédou, tu n’as jamais été un homme de goût et tu vieillis bien aigre et pas doux ! ". Voui, reconnaîtrais-je volontiers. De dégoût je deviens un homme et de colère aussi de plus en plus et jusqu’au bout. Parce que quand j’observe tous les jours (de mon salon sur mon poste ultrat plat) des Zhumains se noyer dans ma mer (la Méditerranée) pour essayer d’échapper à la misère, quand ça crève un peu partout sur la planète pour que des porcs se gavent à l’auge du Cake 40, du Dos-John ou du Mickey japonais (tous ces dispositifs effarants mis en place pour que le fric se reproduise sur la bête quitte à la tuer) et quand des démocraties aussi opulentes que la France tournent à la farce visqueuse dont la substance n’est autre que ses citoyens les plus démunis (laissant penser aux désespérés d’ici et d’ailleurs que les solutions sont à rechercher dans des radicalités éventuellement sanguinaires), je dis SAM’SUFFIT. Je doutais quand même un peu que le Libéralisme soit la panacée, mais là, je pense qu’il y a de fortes chances que son triomphe odieux ne nous mène directement au gouffre. Alors PUTAIN D’ADELE, Jaurès ressors ta canne de mage et expédie moi tout ça chez Belphégor. Qu’on puisse se remettre en ordre de vivre et de s’entraider bordel ! (j’aime bien cette légende chinoise qui montre que l’enfer et le paradis sont le même lieu : à savoir un banquet où les convives, rivés à leurs sièges, doivent se nourrir avec des baguettes d'un mètre de long. En enfer, chacun essaie de se nourrir tout seul. Au paradis, chacun fait manger celui d’en face …). Et si les incantatations ne marchent pas, faut fermement envisager de se mettre à marcher dans la rue ...

     

    Dédou Colérum

     

    PS : allez vous renseigner sur la baisse de la part des salaires dans le PIB français, à l’heure où les riches sont de plus en plus riches et la misère croissante dans les cités…


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :